jeudi 25 avril 2013

Aimer cette quatrième de couverture (Mille plateaux) ?



steppe d'övör hangaj




         Le laconisme de cette présentation a de quoi laisser pantois. Qu’est-ce que tout cela veut dire ? Qu’est-ce que ça peut bien nous faire qu’un espace soit lisse ou strié, qu’il se remplisse de ci ou de ça, que des multiplicités s’y distribuent, etc. ? Le livre est laissé à son mystère, aucun mouvement d’ensemble n’est suggéré, longtemps l’énigme reste entière.
quichotte

Et puis un jour, on croit sentir le personnage, celui qui parle, si peu loquace, à la limite de la catatonie. « Et le chevalier du roman courtois, peut-on dire si sa catatonie vient de ce qu’il est au fond du trou noir, ou de ce qu’il chevauche déjà les particules qui l’en font sortir pour un nouveau voyage ? Lawrence, qui fut comparé à Lancelot, écrit : « Etre seul, sans esprit, sans mémoire, près de la mer. (…) Aussi seul et absent et présent qu’un indigène, brun noir sur le sable ensoleillé. (…) Loin, très loin, comme s’il avait touché terre sur une autre planète, comme un homme prenant pied après la mort.  (…) Le paysage ? Il se moquait du paysage. (…) L’humanité ? N’existait pas. La pensée ? tombée comme pierre dans l’eau. L’immense, le chatoyant passé ? Appauvri et usé, frêle, frêle et translucide écaille rejetée sur la plage. » » (Mille plateaux, p. 232)

Ce chevalier libéré du visage et du paysage atteint le bout de sa quête quand il rejoint ainsi, à sa manière, l’absolu des nomades, celui des peuples éleveurs et guerriers. Car c’est cela, l’espace lisse : « l’absolu n’apparaît pas dans le lieu, mais se confond avec le lieu non limité. (…) Il y a chez les nomades un sens de l’absolu, mais singulièrement athée. » (p. 475) La 4ème de couverture de Mille plateaux est écrite du point de vue de cet absolu. Dans cet état, ni le chevalier ni le nomade ne sont capables de longs discours. Tout est raréfié et pourtant très intense. Ils font le compte de ce qu’il y a d’important. L’espace lisse, Nomos : l’absolu non pas en personne, mais en espace précisément, atteint peut-être au terme de toute une quête, pas facile du tout. Le corps d’expérimentation, que mages et sorciers qualifient d’astral, tout-à-fait autre chose que l’organisme. Les meutes animales, les tiges souterraines. On dirait qu’il ne se passe rien, et c’est là que les métamorphoses orphiques s’accomplissent, les devenirs, leurs intensités. Une extase d’éternel retour ?

Puis ce triple personnage chevalier-nomade-sorcier revient à lui, ou bien c’est nous qui le voyons de l’extérieur, dans son rapport au territoire, aux signes qui l’y fixent et qui l’en font sortir, notamment mots d’ordre et mots de passe du langage, notamment ritournelles musicales, du folklore à la transe cosmique. Et nous mesurons alors toute la différence entre les meilleurs agencements, de type machines de guerre, qui nous donnent l’absolu local et les pires, de type appareils d’Etat, qui nous en privent le plus certainement.